FLORIAN

FLORIAN ET STEPHANIE

 » J’ai compris assez rapidement que ma sœur était handicapée, qu’elle avait un retard mental et que j’allais devenir finalement le grand frère de ma grande sœur ! J’en ai un peu souffert quand je voyais les liens qu’entretenaient mes amis avec leurs frangins et frangines (les bêtises, les bagarres, les conseils, …). Je me disais que moi, je n’aurais jamais ce lien avec ma sœur. (…)

Nous n’étions pas si proches que ça. Ma sœur m’a toujours protégé me disaient mes parents, elle s’occupait beaucoup de moi quand j’étais petit…Mais j’ai vite grandit, et c’est moi qui me suis occupé d’elle. Mais je gardais mes distances, je ne jouais pas vraiment avec elle. Je regrette aujourd’hui de l’avoir laissée de coté pendant une partie de mon enfance (…)

Durant l’adolescence et la vie étudiante, j’avais plus de mal à en parler. Quand on me demandait si j’avais des frères et sœurs, je disais toujours oui, mais je ne mentionnais pas le handicap. Lire la suite

GUY

GUY

 » Mes amis connaissaient ma soeur, et cela n’a jamais posé problème. Etant donné qu’elle aime bien voir du monde, elle adorait quand mes copains venaient à la maison…et cela ne les dérangeaient pas du tout !  » Lire la suite

WILLIAM

william

 » Auparavant, jusqu’à mes 10 ans environ, je crois que j’avais une honte du handicap quand on faisait des sorties familiales autour d’autres gens, car la trisomie se remarque mentalement, mais aussi physiquement ; honteux du regard des autres, je me tenais donc légèrement à l’écart de ma sœur, je ne lui tenait pas la main, je lui disait de ce taire… Ce n’est pas que je ne l’aimais pas, bien au contraire, mais je n’était pas assez fort pour l’assumer. Chose bien révolue depuis ! À fortiori, j’ai pris conscience de la mentalité des gens, de leur manque de connaissance, de conscience et d’éducation concernant le handicap et j’ai pu décomplexer et affirmer notre fraternité.  » Lire la suite

LAURIE

LAURIE

 » Je ressens des tas de sentiments contradictoires : l’envie de m’éloigner de ma famille parfois pour souffler, car je sais que le futur de ma sœur pèse sur mes épaules, et à la fois, je me dois d’être à la hauteur pour elle et mes parents …. Je pense que ce comportement se justifie car je sais que mon avenir est dédié à ma sœur, alors je tente de profiter aujourd’hui car mes parents sont là pour s’occuper d’elle. Mais quoiqu’il en soit, nous nous aimons plus que tout et dès que nous nous voyons, nous redevenons très complices.  » Lire la suite